Enfin du chocolat (au vrai) lait sans lactose!

Les amateurs et amatrices de chocolat au lait mais intolérants au lactose et « suiveurs » d’alimentation pauvre en FODMAP vont être ravis.

Allergo® a sorti du chocolat au lait (de vache) sans lactose. Il existe une version nature et une version aux noisettes.

chocolat au lait sans lactose Allergochocolat au lait sans lactose et noisettes Allergo

Vous les trouverez en supermarché au rayon sans gluten.

Côté diététique : si vous mangez du chocolat par faim et non par gourmandise uniquement, il ne vous fera pas grossir 😉

Efficacité de l’alimentation pauvre en FODMAP sur les symptômes digestifs liés à l’endométriose

L’endométriose est une maladie chronique, généralement récidivante qui touche 1 femme sur 10, en âge de procréer.

endométriose

endométriose

L’endomètre est la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus. À la fin du cycle menstruel, s’il n’y a pas eu fécondation, une partie de l’endomètre (qui se renouvelle constamment) est évacuée avec les menstruations.

L’endométriose se caractérise par la formation de cet endomètre en dehors de l’utérus. Le plus souvent il se développe: sur les ovaires; sur les trompes de Fallope; sur les ligaments soutenant l’utérus; sur la surface extérieure de l’utérus.

Les symptômes les plus souvent associés sont des douleurs gynécologiques, des problèmes de fertilité et des symptômes digestifs (douleurs abdominales, problèmes de transit, ballonnements, gaz).

Une étude neo-zélandaise (Judith S. Moore et al, 2015) portant sur 160 femmes a démontré que l’alimentation pauvre en FODMAP réduit les symptômes digestifs chez 75% des personnes souffrant d’endométriose.

Résultats de l’enquête

Je suis heureuse de vous présenter la nouvelle configuration de mon blog anti-maux de ventre. Je profite de cette occasion pour vous faire part des principaux résultats de l’enquête menée auprès de vous en début d’année.

Blog antimauxdeventre relooké

Blog antimauxdeventre relooké

Tout d’abord je tiens à remercier les 224 personnes qui ont participé à l’enquête. Grâce à vos réponses, je peux améliorer mon blog (j’espère que vous aimez son nouveau look 😉 ) et mes consultations.

A retenir de l’enquête:

  • Je suis très fière de pouvoir lire que 97% des patients sont satisfaits de la qualité des consultations diététiques eues ensemble en cabinet, par téléphone ou par skype.
  • Les douleurs abdominales et les ballonnements sont les symptômes que vous gênent le plus.
  • 73% des personnes ayant suivi l’alimentation pauvre en FODMAP ont ressenti leurs symptômes digestifs diminués nettement. Ce chiffre correspond d’ailleurs bien aux résultats obtenus dans les différentes études internationales sur le sujet.
  • De plus en plus de mutuelles incluent un remboursement des consultations diététiques dans leur contrat. Voici quelques exemples que vous avez cités :

ADEVI, ADREA, AGF Santé, ALPIS, APICIL, AREVA, APRIL Assurance, ASIA Santé, AUDIENCE, AXA, CoASIA Santé, COVEA Risk, Complémentaire Santé CREDIT AGRICOLE, CREDIT MUTUEL, EOVI, FAMILY SANTE, GMF, GENERALI, GROUPAMA, HENNER, MAAF, MACFS, MEDERIC, MERCE, MMA, MNT, MSA, MUTUELLE GENERALE, MUTUELLE DES ETUDIANTS, MUTUELLE PRO BTP, MUTUELLE SANTE VIE, MUTUELLE SANTE PLUS, MUTUELLE DE GENDARMERIE, MUTUELLE NATIONALE MILITAIRE, MNH, MUTUELLE DE LA POSTE, MUTUELLE DE LA RATP, MUTUELLE VAUBAN, MYRIAD MAJOR, PACIFICA, PREVANOR, RADIANCE, RATP SNCF, RELEYA, REMPART Toulouse, SMEREP, SWISS LIFE, UNION, ZENITH, ect…

A très bientôt

NB: n’hésitez pas à continuer à me faire part de vos remarques et suggestions.

Une surcroissance bactérienne responsable du syndrome de l’intestin irritable

Avez-vous déjà entendu parler du SIBO?

Avez-vous déjà entendu parler du SIBO?

Il s’agit du Small Intestinal Bacterial Overgrowth, c’est-à-dire d’une surcroissance bactérienne au niveau de l’intestin grêle.

Comme vous le savez sûrement déjà, notre flore intestinale (enfin – notre microbiote pour être plus exacte) est constituée de milliards de bactéries présentes essentiellement au niveau du colon. Or, dans certains cas, des personnes développeraient un surcroissance « anormale » de bactéries au niveau de l’intestin grêle qui serait responsables des symptômes digestifs divers et variés (diarrhée, constipation, ballonnements ou flatulences très importants, nausées, maux de ventre…).

Selon le Dr Pimentel, qui est le spécialiste américain du SIBO et dont j’ai eu l’occasion de suivre récemment une formation sur le sujet, pense que le SIBO serait responsable du développement du syndrome de l’intestin irritable post-infectieux (c’est à dire chez ceux qui ont développé le syndrome de l’intestin irritable après une infection bactérienne comme une gastroentérite, ou la turista).

Comment diagnostiquer un SIBO?

Le SIBO peut être mis en évidence par un test respiratoire à l’hydrogène ou au méthane en utilisant du lactulose (alors qu’on utilise du fructose, du lactose ou du sorbitol pour détecter des intolérances aux FODMAP).

Certains (ils sont malheureusement peu nombreux!) hopitaux et gastroentérologues libéraux pratiquent ces tests respiratoires.

Quels sont les traitements contre le SIBO?

Point de vue médicament, le Dr Pimentel parle essentiellement du Rifaximine qui est un antibiotique. En France, cet antibiotique est prescrit uniquement à l’hopital et pour d’autres indications comme les MICI (maladies inflammatoires chroniques de l’intestin) ou l’encéphalopathie hépatique.

Lors de cette formation, d’autres voies plus naturelles ont été conseillées pour éradiquer ce SIBO, soit seules, soit en complément du traitement antibiotique au rifaximine. Ainsi, d’un point de vue nutritionnel, les docteurs intervenants conseillent de combiner un régime pauvre en FODMAP avec un régime SCD (Specific Carbohydrate Diet).

Mon opinion : 

L’alliance des régimes pauvre en FODMAP et SCD restreint de manière non négligeable l’alimentation mais cela peut représenter une solution aux personnes souffrant de SII postinfectieux chez qui l’alimentation pauvre en FODMAP n’est pas suffisamment efficace et qui ont des symptômes – notamment des gaz ou des ballonnements – très incommodants.

 

 

Témoignage de Patricia 52 ans

Voici le témoignage de Patricia:

« Après  une colite aiguë intervenue en 2012, je n’ai connu que diarrhées, douleurs abdominales et flatulences. Aucun traitement n’a pu venir à bout de ces maux difficiles à maîtriser et très gênants  au quotidien.

J’en arrivais à ne pas manger pour pouvoir participer à une réunion afin de ne pas avoir mal et ne pas être obligée de m’éclipser. J’ai  essayé d’éviter certains  aliments croyant qu’ils pouvaient être responsables de mes désagréments.  Puis n’ayant  trouvé aucune solution auprès de mon gastroentérologue, j’ai  décidé d’écarter les produits laitiers de mon alimentation et  les diarrhées  se sont arrêtées. Les selles abondantes ont perduré mais c’était déjà un grand pas.

Sur internet, j’ai découvert que nous étions nombreux à souffrir des mêmes maux jusqu’à ce que je lise l’article de « ça m’intéresse » sur l’hypersensibilité alimentaire.

J’ai été de suite attirée par le régime pauvre en FODMAP et je l’ai mis en place avec les renseignements trouvés sur internet.  Ce n’était pas parfait mais je sentais que je touchais au but.

Je me suis décidée à contacter Julie Delorme. Lors de ma première consultation par skype, Julie a corrigé mes erreurs et mes troubles ont disparu peu à peu.

Je suis actuellement en phase d’élargissement de mon alimentation et tout va pour le mieux.

J’ai souffert inutilement pendant une année avec l’angoisse de ne pas savoir comment ma santé allait évoluer,  comment  je pourrais  gérer une vie professionnelle et sociale,  si je pouvais faire des projets. Un grand merci Julie ! »

Risotto aux Moules pauvre en FODMAP et sans gluten

Une recette salée deliziosa pauvre en FODMAP et sans gluten!

 

Risotto aux moules pauvre en FODMAP et sans gluten

Risotto aux moules pauvre en FODMAP et sans gluten

Ingrédients pour 6 personnes  :

  • 1,4 kg de moules
  • 20 cl de vin blanc sec
  • 400 g de riz
  • 2 bouillon cubes de volaille pauvres en FODMAP
  • 1 g de safran en poudre
  • 50g de parmesan
  • 1 petit bouquet de persil
  • 1 bouquet garni
  • quelques brins de ciboulette

Nettoyez les moules. Faites chauffer deux cuillères à soupe d’huile dans un faitout, mettez les moules avec le vin blanc et le bouquet garni. Couvrez et faites-les cuire à feu vif jusqu’à ce que les moules s’ouvrent.

Enlevez les coquilles Filtrez le jus de cuisson et réservez-le.

Faites bouillir environ 50 cl d’eau avec les cubes de bouillon de volaille et rajoutez le jus filtré des moules.

Faites chauffer deux cuillères à soupe d’huile dans une sauteuse. Versez le riz et remuez jusqu’à ce qu’il soit translucide. Mouillez régulièrement avec le bouillon-jus de moules. Rajoutez le safran.

Laissez cuire à feu doux jusqu’à ce que le riz absorbe tout le bouillon.

Lavez, séchez et ciselez le persil et la ciboulette.

Quand le risotto est prêt, ajoutez les moules, le parmesan râpé, les herbes, mélangez bien et remettez à réchauffer 5 min.

 

Témoignage de Francis, 56 ans

Bonjour,

Les hommes et les sportifs sont également concernés par le syndrome de l’intestin irritable (ou colopathie fonctionnelle).

Voici le témoignage de Francis, 56 ans, dont l’alimentation pauvre en FODMAP lui a permis de retrouver un bien-être digestif et extra-digestif optimal.

« Je souffrais de problèmes  digestifs  depuis maintenant 12 ans. Comme beaucoup de personnes souffrant  de ces problèmes, j’ai consulté énormément de médecins, qu’ils soient généralistes, spécialistes, médecins du sport, gastro-entérologues et diététiciens. Pour tous  ces médecins , le diagnostic  était souvent le même :  j’étais trop nerveux et trop stressé !!! Je précise que je suis sportif : je pratique la course à pied. Je participais à des compétitions chaque année sur 10 km, semi-marathons et marathons. Donc je faisais très attention à ce que je mangeais. Or pour tous ces médecins  mon alimentation n’avait rien à voir avec tous mes problèmes digestif et  je pouvais donc continuer à garder cette même alimentation.

J’ai souvent pensé que ce n’était pas le fait d’être nerveux et stressé qui me donnait ces symptômes mais le contraire : c’est tous  ces problèmes digestifs qui ont fatigué mon organisme physiquement et nerveusement.  Mes bilans sanguins montraient que j’étais carencé en vitamines, alors que j’avais une alimentation très équilibrée. Aucun médecin n’arrivait à m’expliquer le pourquoi.

Plus les années passaient et plus je me sentais fatigué, spasmes, douleurs, diarrhées, avec aussi de plus en plus de problème avec le sommeil …

Habitant la région Parisienne, j’ai consulté à distance Julie Delorme avec Internet (skype). En suivant ces précieux conseils, j’ai modifié mon alimentation et en quelques semaines,  j’ai retrouvé ce  plaisir et cette envie de courir ! Je me sens beaucoup moins nerveux, plus calme à l’intérieur, mon sommeil est de bien meilleur qualité, maintenant je peux m’entraîner 2 ou 3 fois par semaine !  Et  je pense que ce n’est qu’un début…

Tout le monde ne fait pas du sport et tout le monde ne pratique pas la course à pied. Mais si vous souhaitez simplement être en forme, vous sentir bien dans votre tête et votre corps, retrouver le plaisir et l’envie dans votre vie de tous les jours, suivez les précieux conseils personnalisés de Julie Delorme sur l’alimentation pauvre en FODMAP !!!

Merci infiniment  Julie pour vos compétences, votre simplicité et votre gentillesse !

Bien Sportivement.

Francis »

Témoignage de Révital, 24 ans

« J’ai toujours eu des maux de ventre depuis mon enfance mais j’ai été diagnostiquée depuis deux ans de la maladie du syndrome de l’intestin irritable. J’ai fait plusieurs séjours à l’hôpital depuis et il ne s’est pas passé un jour sans que j’aie des maux de ventre.

Je pense avoir eu de la « chance » d’avoir été suivie par des médecins compréhensifs qui ne m’ont pas dit que tout était dans ma tête mais les traitements qu’ils m’ont prescrits n’ont pas amélioré mes symptômes. Cette maladie a des conséquences sur notre vie mais je suis une combattante et je n’ai rien changé à mon train de vie. Mais récemment, j’ai eu des crises très fréquentes et j’ai été transportée à l’hôpital par les pompiers car je m’étais évanouie  suite à des douleurs insupportables. En rentrant de l’hôpital, j’ai décidé que je ne pouvais pas continuer de cette manière : j’ai tout juste 24 ans et ce n’est pas normal de souffrir à ce point !

Après plusieurs recherches sur le net et plus précisément sur le site de l’APSSII  (Association des Patients Souffrant du Syndrome de l’Intestin Irritable), j’ai vu un article de Julie DELORME. J’ai pris contact avec elle et une date de rendez-vous a été fixée rapidement. La consultation s’est très bien passée. Elle a pris le temps qu’il faut et elle m’a donné des conseils personnalisés (en fonction de mes habitudes alimentaires et de mon emploi du temps) et une alimentation pauvre en FODMAP a été mise en place. Je l’ai suivie pendant un mois.

J’ai ressenti une amélioration à tous les niveaux. La première semaine a été dure parce que je n’avais pas de bonnes habitudes. Je ne buvais pas beaucoup d’eau, et je ne mangeais pas de façon saine en mangeant des céréales sucrées toute la journée.

Mes symptômes ont énormément diminué. J’ai aussi appris à identifier clairement quels aliments me provoquent des douleurs. Je reprends un réel plaisir à courir (maintenant j’arrive même à courir à la même vitesse que mon conjoint).

Pour les personnes qui souffrent de maux de ventre, allez- y réellement !

J’ai aussi un emploi du temps chargé et je peux vous assurer que ce régime n’est pas une contrainte. Vous n’en tirerez que des bénéfices.

Un très grand merci a Julie de ma part et de la part de mon mari, qui m’a soutenue et qui me prépare des super plats.

Merci infiniment. »

Révital

Témoignage de Sabine, 41 ans

« D’aussi loin que remontent mes souvenirs, et depuis ma naissance selon les dires de mes parents, j’ai toujours eu les intestins « fragiles » !!! Pendant 40 ans, ma vie a été ponctuée de maux de ventres quasi perpétuels et diarrhées inopinées une à plusieurs fois par jours.

Après des examens médicaux qui n’ont jamais rien donnés, j’ai toujours eu les diagnostics que beaucoup d’entre nous entendent  comme: « C’est dans votre tête !!! » ou « C’est du au stress !!!! »… C’est un cercle vicieux : on a mal au ventre alors on stress de devoir sortir et que l’entourage s’en rende compte et plus on stress plus on a de crises… Ce qui est terrible, c’est que l’on en vient parfois à rêver qu’un examen soit anormal et puisse nous permettre de « prouver » nos douleurs, mais rien… tout va bien (ou presque, on a juste mal au ventre ENCORE et ENCORE !!!)…

J’ai donc fini par vire avec… C’était ma vie… Une vie (de couple, de maman et professionnelle) compliquée au rythme des caprices de mon ventre, des crises plus ou moins violentes avec pour seule obsession : les toilettes.

Si on m’avait dit qu’un jour je n’aurais plus de symptômes et que MOI j’aurai un transit « normal », je n’aurais jamais pu le croire et pourtant…

Après une augmentation des crises et des symptômes l’été dernier, j’ai fouillé le net afin de trouver de l’aide et je suis tombée sur l’alimentation sans FODMAP. Toutes mes recherches en France me ramenaient vers Julie Delorme mais je n’ai pas osé sauter le pas. J’ai potassé pendant des heures sur des sites anglophones et des livres et sans grande conviction, je me suis lancée et là : Miracle !!! Plus RIEN en moins d’une semaine !!! Pour la première fois en 40 ans, une journée sans diarrhée et sans mal de ventre, puis deux, puis trois… que ça change la vie J. Malheureusement, au moment des tests, sans aide, j’ai fait un grand n’importe quoi, je me suis dispersée en cherchant dans tellement de direction à la fois (lactose, fructose, histamine…) que j’ai fini par réduire la liste de mes aliments à peau de chagrin et mes symptômes ont commencé à revenir tout doucement.

Je ne voulais plus de cette vie d’avant et je savais que la seule période où je me suis sentie merveilleusement bien c’était avec cette alimentation sans FODMAP. Il fallait que je recommence mais cette fois j’avais besoin d ‘aide et j’ai fait appel à Julie. Vive Internet et les consultations par Skype, Nice et Cannes c’est un peu trop loin de chez moi !!! Avec ce mode de consultation, Julie met son savoir à la portée de tous. Mon miracle est de retour et grâce à son aide et ses explications précises et personnalisées pour les tests, cette fois je suis sur la bonne voie. Une fois les aliments problématiques identifiés, elle m’a fait réintroduire des fruits, des légumes que je n’osais plus manger de peur d’avoir encore mal, même le chocolat que je ne mangeais plus depuis des mois J. La majeure partie des recettes s’adapte à ce « régime », qui pour moi n’en est pas un, puisqu’il nous permet une vie avec un confort intestinal inespéré jusque-là. Depuis que j’ai repris cette alimentation, plus de maux de ventre, ballonnement et gaz à partir du 4ème jour et surtout pas une seule diarrhée. Quel bonheur de se coucher sans se recroqueviller, de sortir sans être obsédée par les toilettes au cas où, de recuisiner et surtout manger avec plaisir !!!

Si votre ventre vous fait souffrir, vous ne risquez pas grand-chose à sauter le pas, avec quelques adaptations alimentaires et les conseils personnalisés de Julie, vous pourrez au mieux (et je vous le souhaite) en finir, comme beaucoup d’autres personnes dont je fais partie, avec tous ces symptômes qui m’ont pourri la vie pendant près de 41 ans.

Un très grand MERCI à Julie de la part de mon mari, mes enfants et surtout de mon ventre, Merci pour tout !!! « 

Pourquoi mon ventre gonfle et comment y remédier?

Le ballonnement abdominal est un symptôme fréquent qui touche, selon une enquête SOFRES, jusqu’à 47% des adultes!

Le ballonnement est perçue de manière différente en fonction des personnes. Ainsi, il peut être défini comme une sensation d’inconfort associé ou non à une distension (gonflement) de l’abdomen et/ou des gargouillements.

ballonnements fonctionnels

Quelle est le mécanisme mis en jeu dans les ballonnements fonctionnels ou liés au syndrome de l’intestin irritable ?

Il y quatre facteurs peuvent être à l’origine de cette sensation de ballonnements :

a) une perturbation du transit des gaz dans l’intestin avec une rétention des gaz au lieu de leur expulsion (flatulences).

b) une hypersensibilité viscérale qui rend le sujet anormalement sensible aux mouvements intestinaux d’un volume normal de gaz.

c)  une production excessive de gaz dans l’intestin. En effet, certaines personnes ont une capacité de fermentation des aliments plus importantes que chez les autres.

d) un dysfonctionnement des muscles de la sangle abdominale secondaire à un réflexe viscéro-somatique anormal provoquant une contraction du diaphragme et un relâchement de la sangle abdominale au lieu du contraire (voir l’explication sur le schéma ci-dessus).

Comment y remédier?

Dans un rapport de 2009, le Professeur gastro-entérologue français, Pr Ducrotté, fait l’inventaire des thérapeutiques pour diminuer les ballonnements fonctionnels.

Voici sa conclusion:

Aucune prise en charge n’existe actuellement pour corriger un dysfonctionnement des muscles antérieurs de la sangle abdominale (d).

Cependant, 3 approches sont proposées actuellement pour lutter contre les autres raisons responsables des ballonnements :

1) une prise en charge diététique, entre-autre, avec la mise en place d’une alimentation pauvre en glucides qui fermentent (=alimentation pauvre en FODMAP) permet de réduire les ballonnements en limitant la production de gaz.

2) un traitement pharmacologique.  Certains antibiotiques, certains probiotiques à base de Lactobacilles ou de Bifidobactéries et les médicaments à base de siméthicone ont fait preuve d’une certaine efficacité.  Par ailleurs, les absorbants des gaz, essentiellement à base de charbon, ont eu jusqu’alors une efficacité médiocre dans les rares essais publiés. Les prokinétiques usuels (dompéridone, métoclopramide, érythromycine) n’ont pas été testés dans cette indication. Les antidépresseurs, notamment tricycliques, actifs à faible dose sur la sensibilité viscérale, méritent d’être testés. Dans tous les cas, il est conseillé de consulter votre médecin avant d’entreprendre un traitement médicamenteux.

3) les autres prises en charge. L’hypnose et l’activité physique peuvent apporter un bénéfice chez les malades souffrant de ballonnements fonctionnels.