Comment ajouter simplement des fibres et des omégas 3 dans un régime pauvre en FODMAP?

La réponse est en 4 lettres : C-H- I-A!

graines de chia

graines de chia

La graine de chia présente le triple avantage d’être riche en fibres (utile pour réguler le transit), riche en omégas 3 (action anti-inflammatoire) et pauvre en FODMAP. Ses teneurs en protéines, calcium, phosphore, magnésium et en fer en font un ingrédient de choix chez les végétariens & végétaliens .

C’est une mini graine d’un goût relativement neutre mais d’une texture très intéressante car elle craque sous la dent et elle gélifie si on la laisse tremper.

Elle peut donc mettre un peu de crunchy ou assurer une meilleure tenue (si vous la laissez tremper) à vos préparations sucrées ou salées, crues comme cuites.

Ainsi, vous pourrez par exemple rajouter une cuillère à café ou une cuillère à soupe de graines de chia dans votre muesli, votre porridge, une compote, un gratin de légumes, un smoothie, un gaspacho ou un cake. On peut aussi tout simplement parsemer une cuillère à café de graines de chia sur une tartine pain de mie sans gluten, beurre et confiture de fraises ce qui vous aidera à vous caler un peu plus pour la matinée.

 

 

Salad’ Futée croquante de Daco Bello®

Mon coup de coeur de la semaine : le mélange salad’futée croquante de Daco Bello® que j’ai trouvé au rayon des fruits et des légumes de mon supermarché.

Salad futée la croquante de Daco Bello

Salad futée la croquante de Daco Bello

C’est un mélange de graines de tournesol, graines de courge et pignons de pin.

Vous pouvez le manger tel quel ou le mettre dans une salade, vos céréales du matin, un gratin de légumes ou pourquoi pas dans la pâte à pain pour ceux qui font leur pain maison !

D’un point de vue nutritionnel, ce mélange est pauvre en FODMAP et il apporte de l’énergie (mais de la « bonne » énergie), des fibres (qui je rappelle: aident à réguler le transit dans les « deux » sens et qui entre autre préviennent certains cancers digestifs) et des acides gras essentiels – omégas 3 et 6.

D’un point de vue plaisir sensoriel : cela vous apporte de la couleur, du goût et de la texture à vos préparations!

… après vous me direz qu’on peut toujours faire ce mélange maison et que cela reviendrait certainement moins cher!

Le régime sans résidu

Le principe du régime sans résidu est d’éliminer tous les aliments et boissons irritants ou riches en fibres.

Suivre un tel régime engendre l’éviction des fruits et des légumes cuits et crus, des céréales complètes, des graines, des noix, des produits contenant du lactose, des boissons alcoolisées, des fritures, des graisses cuites et des sauces.

Il est indiqué en prévision d’une coloscopie, de chirurgie digestive ou pour mettre l’intestin au repos lors d’une inflammation de types diverticulite, maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique en poussées…

Il est recommandé de ne suivre le régime sans résidu que sur une courte période. En effet, un régime sans résidu est déséquilibré et peut entraîner des carences en vitamines et minéraux s’il est suivi sur le long terme.

Les 3 principales carences nutritionnelles potentielles du régime sans résidu sont :

– la vitamine C. Cette vitamine est essentiellement présente dans les fruits et les légumes surtout crus. Elle joue un rôle dans les fonctions hormonales (surrénalienne, thyroïdienne, sexuelle), dans la biodisponibilité du fer, des glucides, des lipides et des protéines, dans le métabolisme musculaire et cérébral, dans le contrôle de l’ossification, dans la lutte contre les infections bactériennes et virales, dans les mécanismes de défenses immunitaires. Si les fruits et les légumes crus font défaut dans la nourriture pendant un temps supérieur à 3 mois, il peut apparaître une carence en vitamine C qui peut se manifester en une maladie appelée scorbut. Le scorbut provoque des douleurs dans les articulations, des hémorragies de micro-vaisseaux qui irriguent les muqueuses, la réouverture de plaies anciennes, une perte de poids, des troubles de l’ossification, des altérations de gencives, une grande fatigabilité, une moindre résistances aux infections.

– la vitamine B9 (ou folates). Cette vitamine est principalement présente dans les légumes verts, les fromages persillés, le maïs, les pois chiches, les amandes et les châtaignes. Elle intervient dans de nombreuses synthèses protéiques et assure le bon développement des organes et des tissus. Elle est capitale pendant la grossesse pour garantir un développement harmonieux du foetus. Son déficit peut entrainer un grand risque d’anémie et, chez le foetus, des risques de développement de malformation, de perturbation ou de retard de développement cérébral.

– Le calcium. Ce minéral est très connu pour son rôle indispensable sur la bonne santé des os. Il exerce également un rôle dans la coagulation, la transmission nerveuse et la tension artérielle. Il est présent essentiellement dans les produits laitiers et son déficit peut être responsable de fractures et d’ostéoporose.

Il est donc conseillé d’élargir progressivement le régime sans résidu dès que l’intervention ou l’inflammation est passée.